• 0
  • 0
  • :
  • 0
  • 0
  • :
  • 0
  • 0
  • :
  • 0
  • 0
Forza 6 sur Xbox One !au meilleur prixParticipez au championnat de France Forza Motorsport 6 by Logitech avec TAG Heuer

Si l’électricité remonte à la nuit des temps, elle a du mal à s’imposer dans nos autos face au bon vieux moteur thermique. Mais peut-être que la marque américaine Tesla et son modèle fétiche, la Roadster, vous fera changer d’avis sur le manque de « Sport » de cette nouvelle façon de rouler.

Partager cette fiche

  • A505
  • Propulsion avec moteur central
  • Poids (Avant)1235 kg (35%)
  • Cylindrée0.0 L
  • Puissance215 kW(292 chevaux)
  • Couple400.3 N.m(40.8 mkg)
  • 128 000 CR
  • Launch Bonus Car Pack
  • Vitesse4.0
  • Tenue de route5.6
  • Accélération7.0
  • Départ arrêté6.4
  • Freinage5.5
Tesla Roadster Sport de Forza Motorsport 4
Découvrez la Tesla Roadster Sport de Forza Motorsport 4

Si, aujourd’hui, la voiture électrique arrive en force avec l’offensive Renault, le concept en lui-même fut créé en 1830 pour éviter de faire peur aux chevaux. Mais bien avant le constructeur français et sa future Zoé, ou même Nissan avec la Leef, Tesla, petite marque américaine, proposait un modèle à vocation sportive, et ce depuis 2008. Avant de devenir une marque, Tesla était un prénom, celui d'un ingénieur d’origine Serbe né en 1856, Nikola, qui a inventé le courant alternatif et, par la même occasion, un moteur électrique asynchrone. Et oui, il y a déjà plus d’un siècle, Nikola Tesla travaillait à inventer une voiture propre, mais son projet fut "torpillé" par les compagnies pétrolières. Malheureusement pour lui, il termine sa vie seul, ruiné, et décède dans un hôtel new-yorkais en 1943, après avoir lutté des années durant contre le scepticisme et la jalousie de la communauté scientifique. Pour rendre hommage à ce génie, un sud-africain du nom de Elon Musk, aujourd'hui co-fondateur du constructeur américain (et également créateur de Paypal), décide, en 2003, de donner le nom de Tesla à son entreprise, qui devint ainsi la première marque automobile 100% électrique.

Tesla Roadster Sport par Steack Hachié

Maintenant que le tour du proprio est fait, on peut s’intéresser au premier modèle qui a fait un tabac auprès de célébrités, comme le chanteur Bono du groupe de rock U2, ou le Prince Albert II de Monaco, la Roadster. Esthétiquement proche de sa cousine anglaise, la Lotus Elise, dont elle reprend 7% de ses composant, tels les rétros, le pare-brise, la planche de bord et quelques commandes, elle affirme ses lignes avec une carrosserie en carbone et des feux arrière à LED, tout en étant légèrement plus grande. Par contre, ne cherchez ni pot d’échappement, ni goulot d’essence, elle n'en a pas. Et pour cause ! La trappe à carburant dissimule une prise électrique de 240 volts pour recharger les batteries. Stricte biplace par ses lignes et son toit amovible, la Roadster dévoile un habitacle classique mais très déroutant. Fait plutôt étrange de prime abord, on découvre, en lieu et place de la commande de boite classique, quatre boutons frappés d’un P (Parking), d’un R (marche arrière), d’un N (neutre) et d’un D (Drive) qui déclenchent une boite de vitesses assemblée chez Borg Warner. Autre différence notable, le bloc d’instrumentation. A gauche, on retrouve un compteur de vitesse jumelé au compte-tours affichant une zone rouge à 14 000 tours/min (pas loin des 19 000 tours d’une F1), et à droite, un autre qui indique, en temps réel, les kilowatts utilisés par les batteries. Les deux compteurs sont complétés par un petit écran qui affiche la charge restante, le mode de propulsion sélectionné et le kilométrage parcouru. Contrairement à la Lotus, l’habitacle de la Roadster est moins dépouillé et propose, en option, un intérieur en cuir et fibre de carbone, des sièges baquet "Premium" et des pneus hautes performances.

Tesla Roadster Sport par Steack Hachié

Si extérieurement elles sont très proches, les entrailles de l’américaine sont à opposer à celles de l'anglaise. Point de quatre-cylindres d’origine Toyota, la Tesla Roadster, ici en version ultime Sport, est équipée d’un moteur électrique triphasé de 288 chevaux qui délivre quelques 400 N.m de couple dès... 0 tour/min ! Ne pesant que 45 kg, ce moteur maison est capable d’utiliser 92% de l'énergie des batteries, qui sont d'ailleurs exclusives à l'auto et en sont la pièce maitresse. Le bloc de batterie, nommé ESS, pour « Energy Storage System », pèse 450 kg, et est capable d’accumuler 53 kWh après quatorze heures de charge (deux options sont proposées pour recharger plus vite). Cette énergie est délivrée par 6 831 cellules lithium-ion et entreposée dans onze modules. Chacun de ces modules est protégé par deux fusibles, et géré par un micro-processeur. Le tout est bien évidemment refroidit et placé de façon à ce que la batterie n’entraine pas la destruction de la voiture en cas d'accident. Et pour compléter la sécurité, l'ESS est équipé d’un accéléromètre qui coupe instantanément les blocs haute tension. On y trouve aussi un détecteur de fumée et de température qui assure la stabilité thermique, ainsi qu'un détecteur d’immersion qui coupe les blocs dès que la voiture est plongée dans l’eau. Le tout est produit au siège social de Tesla, à San Carlos, en Californie, au sud de la ville de San Francisco.

Tesla Roadster Sport par Steack Hachié

On met le contact, et là, rien, pas un bruit, pas un crépitement dans l’échappement, rien du tout, juste un bruit synthétique qui rappelle que la voiture est démarrée. Si ce silence est déroutant, ce n’est pas pour autant que la Roadster Sport n’est qu’une « vulgaire » voiture à batterie. La Tesla envoie les Watts ! Pour preuve, elle est capable de coller une 599 GTB V12 de 620 chevaux sur l’exercice du 0 à 100 km/h avec un très surprenant temps de 3,7 secondes, excusez du peu. Par contre, la vitesse de pointe est bridée électroniquement à 211 km/h. Mais une question se pose alors : combien de kilomètres est-il possible de parcourir avec de telles performances ? Le constructeur revendique 380 km d’autonomie, même en conduite sportive, ce qui en fait la voiture électrique actuelle la plus performante du Monde. Coté châssis, la Roadster ne fait pas que reprendre les lignes de l'Elise, elle lui doit aussi le dessous en aluminium, ce qui lui permet d'afficher 1 238 kg sur la balance, contre 800 pour la Lotus, et elle reste très bien équilibrée malgré son surpoids. Ce bijou de technologie est assemblé à San Carlos, aux États-Unis, pour les clients américain, ou chez Lotus, par une équipe Tesla, à Hethel, en Angleterre, pour les clients européen. Et l’avenir est déjà en marche puisque Tesla a présenté, au Salon de Genève 2012, son modèle S, une berline qui revendique 450 km d’autonomie.

Photos

Tesla Roadster Sport par Steack HachiéTesla Roadster Sport par Steack Hachié

Maintenant que vous connaissez le secret de la Roadster Sport, direction les pistes virtuelles de Forza Motorsport 4 pour vérifier son potentiel. Et là, c’est la baffe ! Dès le démarrage, la voiture vous colle au fond du siège avec une accélération et un couple foudroyants. Même si elle reste plaquée à la route, et malgré son freinage très mordant (merci Lotus), la Tesla reste difficilement maitrisable sans aide. Il se peut que, même après une décélération, les pilotes les plus aguerris soient surpris par la brutalité du couple du moteur électrique. Autre point qui rend la voiture des plus spéciales, c’est son silence. Déroutant au début, on se prend vite au jeu d’écouter les bruits environnementaux du jeu. Toutefois, l'auto peut s'avérer frustrante, et ceux qui aiment piloter en mode manuel chercheront à rétrograder dans la montée du Camino, manœuvre inutile puisque la boite ne compte qu’un seul rapport. Et si les performances sont électrisantes, on peut tout de même être déçu de la linéarité du moteur électrique et de la vitesse de pointe faiblarde. Tenté par la voiture électrique ? Il ne vous reste plus qu’à foncer chez Tesla avec 128 000 crédits en poche pour vous offrir ce petit plaisir !

Sources : Wikipedia.org, Turbo.fr, Teslamotors.Com, Motorlegend.com

Note : 4.7 (15 votes)

Vos réactions & commentaires