• 0
  • 0
  • :
  • 0
  • 0
  • :
  • 0
  • 0
  • :
  • 0
  • 0
Forza 6 sur Xbox One !au meilleur prixParticipez au championnat de France Forza Motorsport 6 by Logitech avec TAG Heuer

En suède, il n'y a pas que Krisprolls et Volvo, il y a aussi un constructeur de supercar, Koenigsegg. La CC8S est une voiture redoutable qui, en 2002, a fait un peu d'ombre à une certaine Enzo, en devenant la première voiture de série à côtoyer les 400 km/h. Découvrez ce missile venu du froid.

Partager cette fiche

  • S670
  • Propulsion avec moteur central
  • Poids (Avant)1275 kg (43%)
  • Cylindrée4.7 L
  • Puissance423 kW(575 chevaux)
  • Couple636.1 N.m(64.9 mkg)
  • 320 000 CR
  • DVD 2 du jeu original
  • Vitesse10.0
  • Tenue de route6.2
  • Accélération8.7
  • Départ arrêté7.8
  • Freinage6.0
Koenigsegg CC8S de Forza Motorsport 4
Découvrez la Koenigsegg CC8S de Forza Motorsport 4

Quel passionné d'automobile n'a jamais souhaité construire sa propre voiture ? Le milliardaire Christian von Koenigsegg a réalisé son rêve : créer une voiture avec des performances dignes d'une Formule 1. Le projet Koenigsegg est lancé en 1993, mené par le designer David Crafoord en charge de définir la ligne de cette supercar. Aux vues du résultat plus que satisfaisant, un prototype est alors construit, la Koenigsegg Automotive Ltd était née. A la base, le concept de cette voiture, qui deviendra la CC8S en 2002, et une auto à deux places avec un toit rigide, le tout basé sur la technologie de la Formule 1. En 1996, les premiers tests lourds du prototype sont réalisés sur piste, sur route ouverte, et dans la soufflerie de Volvo. Sur la piste, ce sont Picko Troberg, Calle Rosenblad et Rickard Rydell qui testent le bolide. Pourtant trois pilotes de renom, ils avouent avoir été surpris par ces performances exceptionnelles. L'année suivante, le proto est présenté au Festival de Cannes et son succès immédiat poussa Koenigsegg à lancer sa voiture en série. Après cinq ans de développement, la CC8S reçoit plusieurs prix, dont celui du meilleur design décerné par Red Dot Award et celui de la voiture de l'année dans le magazine suédois Automobil. En 2002, le premier client reçoit sa voiture toute de rouge vêtue.

Koenigsegg CC8S par KiR`k

Même s'il est vrai que la Koenigsegg CC8S ne fait pas le même effet qu'une Enzo, elle surprend au premier abord par sa compacité et affiche une face avant qui fait fortement penser à la McLaren F1. De profil, par contre, la ressemblance n'est plus de mise. L'habitacle très avancé de la voiture offre une ligne assez déséquilibrée pas forcément élégante, et assez loin des standards de l'automobile. Elle doit ce look un peu étrange à son aérodynamique très poussée qui lui permet de côtoyer les très hautes vitesses. C'est évidemment ce postulat qui a dicté la petite équipe de Koenigsegg dans l'élaboration du design de la CC8S. Avec un taux de pénétration dans l'air de de 0,297, les techniciens de la marque suédoise ont réussi un véritable tour de force, et ce, malgré la taille plus que conséquente des pneumatiques. Pour parvenir à un Cx aussi performant, la voiture possède des dessous totalement carénés, et toutes les arêtes de la carrosserie ont été gommées.

La CC8S possède une coque en en fibre de carbone/Kevlar, et, comme sur la Carrera GT, un toit amovible qui se range dans le coffre. Le châssis a été construit comme celui d'une F1, offrant ainsi à la Koenigsegg une structure semi-monocoque en carbone à section « nid d'abeille », assurant une très haute sécurité à l'engin pour un poids contenu de 62 kilos. Le centre suédois de crash-test a affirmé que la CC8S était l'auto la plus sûre qu'ils ont eu l'occasion de tester. Les raccords des demi-châssis avant et arrière créent les points d’attaches des suspensions et du pont transaxiale. L’architecture de la suspension poursuit la même philosophie avec des doubles triangles qui offrent rigidité et légèreté. Ce système a été baptisé du doux nom de A-Arms par le constructeur. Les combinés ressorts-amortisseurs sont, quant à eux, complétés du KACS qui permet de modifier les paramètres de la suspension. Une véritable débauche de technologie high-tech qui permet à la Koenigsegg CC8S de revendiquer un poids de 1 175 kg, ce qui, en 2002, en faisait la supercar la plus légère du Monde.

Photos

Koenigsegg CC8S par KiR`kKoenigsegg CC8S par KiR`k

Le moteur, lui, est boulonné au châssis pour offrir une plus grande rigidité. Ce V8 de 4.7 litres compressé conçu par l'équipe de Koenigsegg développe quelques 655 chevaux pour un poids de seulement 210 kg, et est équipé de technologies dignes d'une Formule 1. Combinant l'aluminium, le titanium et le carbone, il est fabriqué en Italie, chez Teksid, le fournisseur de la Scuderia Ferrari en F1, excusez du peu. La partie mobile est renforcée avec des pistons forgés, un vilebrequin et des arbres à cames idoines. Une distribution à quatre arbres à cames en tête actionne trente-deux soupapes qui permettent à ce V8 de monter haut dans les tours. Le système d'échappement a été conçu pour éviter au maximum les pertes de puissance. Le compresseur, quant à lui, souffle à 1.2 bar et est doté d’un échangeur air/eau qui permet d'abaisser la température d'admission d'air de 150 à 60 degrés. La boîte de vitesses à six rapports, conçue spécifiquement par Cima pour Koenigsegg, dispose d’une pompe à huile interne pour assurer une lubrification constante. Résultat, des performances de fou, le 0 à 100 km/h pulvérisé en 3,2 secondes, et une vitesse maxi de 390 km/h, le tout balancé sur les roues arrière.

Pour accéder au poste de pilotage, on passe deux portières offrant une cinétique d'ouverture excessivement complexe nommée tout simplement « Dihedral Synchro-Helix Door Actuation ». On découvre alors un habitacle moderne doté de commutateurs à poussoirs dont la surface est finie à l’aluminium anodisé. Tout le reste est un mélange de cuir et d'Alcantara. Les sièges en carbone sont recouverts d’un matériau breveté par la NASA appelé « Tempur ». Enfin, les freins sont animés par de monstrueux étriers en aluminium à six pistons qui pincent des disques ventilés de 345 mm à l'avant, et à quatre pistons avec des disques de 330mm à l’arrière.

Koenigsegg CC8S par KiR`k

Avec des performances aussi glaçantes que l’hiver suédois, la Koenigsegg CC8S s’offre a vous dans Forza Motorsport 4. Il faut bien avouer que sa plastique ne ressemble pas aux belles blondes venues de ce pays nordique, mais il est aussi vrai que ce n'est pas son look qui compte le plus. Dès les premiers tours de roues, on découvre le vrai visage du bolide. Offrant des sensations grisantes, le V8 4.7 litres vous donnera un sacré coup de pied aux fesses. Côté tenue de route, la Koenigsegg est bluffante et frise les 400 km/h sans trop de difficultés, même si parfois, sans assistance, le moteur a envie de venir saluer son pilote. Par rapport à Forza 3, les freins sont beaucoup plus endurants à basse vitesse, mais manquent encore un peu de mordant lorsque l'on est lancé pied au plancher à grande vitesse. A 320 000 crédits, la Koenigsegg CC8S est une supercar quasi donnée si l'on tient compte de ses performances hors du commun. Vous n'avez donc aucune raison de lui résister, sauf, peut-être, si vous craquez pour sa descendante, l'Agera, qui mérite, elle aussi, le coup d'œil.

Note : 4.8 (8 votes)

Vos réactions & commentaires