• 0
  • 0
  • :
  • 0
  • 0
  • :
  • 0
  • 0
  • :
  • 0
  • 0
Forza 6 sur Xbox One !au meilleur prixParticipez au championnat de France Forza Motorsport 6 by Logitech avec TAG Heuer

Sans doute l'une des plus grandes icônes cinématographiques du monde automobile, la Dodge Charger R/T de 1969 est l'un des coups de maître donné par Dodge dans la « guerre à la puissance » des Muscle Cars dans les années 60-70, et on la retrouve évidemment dans Forza Motorsport 4 !

Partager cette fiche

  • E235
  • Propulsion avec moteur à l'avant
  • Poids (Avant)1665 kg (54%)
  • Cylindrée7.2 L
  • Puissance280 kW(381 chevaux)
  • Couple650.8 N.m(66.4 mkg)
  • 64 000 CR
  • DVD 1 du jeu original
  • Vitesse4.7
  • Tenue de route4.1
  • Accélération5.0
  • Départ arrêté4.7
  • Freinage3.8
Dodge Charger R/T de Forza Motorsport 4
Découvrez la Dodge Charger R/T de Forza Motorsport 4

Hollywood... qui ne connaît pas cette ville rimant avec stars, succès et célébrité ? Impossible de penser au milieu cinématographique sans penser aux acteurs et actrices qui le font fonctionner. Et pourtant, nous avons tendance à mettre dans l'ombre bien trop rapidement « des actrices » sans qui des films et séries perdraient absolument tout intérêt. Que serait Christine sans la Plymouth Fury 1958, James Bond sans les Aston Martin DB5 ou DBS, K2000 sans la Pontiac Firebird Trans Am 1982, ou encore Shérif, fais-moi peur ! sans la Dodge Charger R/T 1969 ? Certains modèles ont permis à des productions du septième Art de grimper dans le box-office, tandis que plusieurs marques automobiles ont vu leur notoriété augmenter grâce à un film. Vous l'aurez compris, le cinéma et l'automobile sont bien plus liés qu'on ne le croit. C'est de cette manière que le bolide surnommé « General Lee » est devenu l'un des coupés américains les plus incontournables.

Dodge Charger R/T par Daytona57

Dès ses premières heures, en 1966, la Dodge Charger annonçait au public américain qu'elle ne comptait pas jouer les « sainte-nitouches » en imposant son redoutable moteur. En effet, la première génération apporta avec elle le mythique 426ci Hemi Street 7.0 litres de 425 chevaux dans les villes d'outre-Atlantique. Dès lors, le potentiel de la Charger la place comme une base sérieuse dans les courses sur les drag-strips le week-end et, bien évidement, dans la rue lorsque, au feu rouge, se croisent deux accros à l'accélération. Forte de son image brute de décoffrage, c'est le millésime '68 qui a obtenu la chance d'enfoncer encore un peu plus le clou en figurant dans le film Bullit dans le rôle de « la voiture des méchants ». Et même si elle finit à la casse, la course-poursuite dans les rues de San-Francisco marquera à jamais le public. Au fil des années et des modèles, la Charger portera fièrement le titre de coupé populaire qui fait peur à la ménagère destiné aux « bad boys ».

Au delà de son image, la Dodge Charger est un coupé 100% « Made in USA » : un châssis solide pour ne pas plier à l'accélération mais qui laisse à désirer dans les courbes, un moteur brutal dont le seul but est de pulvériser le plus rapidement possible une quelconque ligne droite, et enfin une carrosserie d'un gabarit que l'on pourrait qualifier d'imposant lorsqu'on le compare aux bases européennes avec une largeur de 1,946 mètres (!) et une longueur de 5,283 mètres. Alors que le marché des Muscle Cars bat son plein et que des références sont déjà en place, l'énorme coupé signé Dodge bouscule ses rivales, la Mustang et la Camaro. Et la place de Muscle Car numéro 1 ne se jouait pas avec les chiffres fournis par les constructeurs des modèles en question, mais bel et bien sur des pistes de 400 mètres avec des propriétaires qui partaient en découdre le week-end.

Photos

Dodge Charger R/T par Daytona57Dodge Charger R/T par Daytona57

Inutile de préciser que la firme au bélier savait comment s'y prendre. Basé sur un châssis Chrysler type B-body, la plateforme standard utilisée pour la plupart des Dodge, Plymouth et Chrylser, la Charger accueillait différents packs et fut l'un des modèles proposant le plus d'options au niveau châssis/moteur pour une seule carrosserie. De cette manière, suivant ses envies, le client pouvait disposer d'un coupé utilisable tous les jours grâce aux deux six-cylindres en ligne que proposait Dodge, le premier de 115 chevaux et le second de 145 chevaux, ou d'un véritable monstre grâce à sept V8 différents, allant de 190 chevaux pour le 273ci, le moins performant, à 425 chevaux pour le Hemi de 426ci, en passant par 375 chevaux pour le 440 Magnum. De plus, le constructeur basé à Détroit proposait divers packs afin d'améliorer l'équipement de la Charger.

Parmi eux se trouvait le pack S.E (Special Edition) qui offrait davantage de luxe grâce à l'ajout de l'air conditionnée, de la stéréo, d'une radio AM, etc. On pouvait également trouver le pack R/T (Road/Track) destiné à améliorer les performances par l'ajout de freins avant et de suspensions de meilleure qualité, d'une boîte manuelle à quatre rapports avec levier Hurst (seul le pack permettait une boîte manuelle), et surtout du 440 Magnum 7.2 litres (le Hemi était l'option supérieure). Le pack R/T était symbole de haute performance, que ce soit sur les pistes (Nascar, Drag...) ou bien dans la rue. En effet, il fallait y réfléchir à deux fois avant de provoquer le propriétaire d'un modèle portant sur lui la bande de coffre et le marquage R/T car la Charger était capable d’atteindre 100 km/h en 6,1 secondes dans cette configuration.

Dodge Charger R/T par Daytona57

Il était également possible de trouver un autre pack répondant au nom de « Scat Pack » qui était en fait composé de voitures et non d'équipement. Dans celui-ci se trouvaient la Coronet R/T, la Super Bee, la Dart GTS, et enfin la Charger R/T qui avaient la particularité d'afficher deux bandes épaisses encadrées par deux bandes minces avec un frelon portant un moteur dans le dos en tant que décoration. En plus de cela, un club officiel « Scat Pack » a été fondé avec, pour membres, les acheteurs de ces modèles.

Dodge décida de dériver son modèle de 1969 pour courir en Nascar. De cela découlent deux autres autos basées sur ce coupé : la Dodge Charger 500 et la Dodge Charger Daytona. Ces deux modèles très particuliers doivent donc leur existence à la compétition en Nascar, et notamment aux performantes Ford qui fusent sur les speedways. La Charger 500 possède une calandre issue d'une Dodge Coronet et une lunette arrière affleurante afin d'améliorer sensiblement l'aérodynamisme. Pour ce qui est de la Daytona, les changements esthétiques sont bien plus visibles grâce au superbe aileron arrière perché très haut ainsi qu’au bec aérodynamique. Ces deux bolides comptent parmi les voitures les plus recherchées, tant par leur palmarès que par leur rareté due au petit nombre de production afin de satisfaire les règles de la Nascar.

Dodge Charger R/T par Daytona57

Venons-en désormais à Forza Motorsport 4. Partant avec l'a priori qu'il va falloir constamment faire attention à ce que l'arrière ne chasse pas trop, c'est avec étonnement que l'on se rend compte que l’on peut appuyer sur l'accélérateur avec insistance sans que la belle se fasse la malle dans l'herbe. Enchaînant les virages avec aisance, il n'est cependant pas conseillé de trop vouloir jouer avec l'adhérence car une fois en dérive, le poids de l'engin complique la récupération. Niveau performance moteur, le 440 Magnum de 7,2 litres développant quelques 375 chevaux n'a pas vraiment de mal à faire bondir le mastodonte américain... du moins jusqu'en quatrième, puisque passé ce rapport, il manque de souffle et peine à faire grimper les km/h. Et même si cette dernière vitesse est un peu molle, les trois précédentes de la boîte manuelle ne manquent, quant à elle, vraiment pas de reprises. Accessible pour seulement 64 000 crédits, la Dodge Charger R/T 1969 offre de bonnes performances et déroge aux idées reçues sur les Muscle Cars, si ce n'est l'une d’entre elles : un son ravageur. Yee Haw !

Sources : 440magnum-network, allpar, automobil-catalog, conceptcarz, howstuffworks, oldride, teamchicago, wikipedia.

Note : 4.8 (9 votes)

Vos réactions & commentaires