• 0
  • 0
  • :
  • 0
  • 0
  • :
  • 0
  • 0
  • :
  • 0
  • 0
Forza 6 sur Xbox One !au meilleur prixParticipez au championnat de France Forza Motorsport 6 by Logitech avec TAG Heuer

Voiture atypique, souvent boudée par les puristes, la De Tomaso Pantera est une ritale aux gênes Yankee dotée d'un très fort caractère. Véritable stimulant de sensations fortes, on l'attendait avec impatience, et la voici qui débarque en force pour le plus grand bonheur de tous ! Messieurs, start your engine...

Partager cette fiche

  • C399
  • Propulsion avec moteur central
  • Poids (Avant)1431 kg (42%)
  • Cylindrée5.8 L
  • Puissance232 kW(316 chevaux)
  • Couple515.7 N.m(52.6 mkg)
  • 45 000 CR
  • DVD 1 du jeu original
  • Vitesse4.8
  • Tenue de route4.4
  • Accélération6.7
  • Départ arrêté7.3
  • Freinage4.2
De Tomaso Pantera de Forza Motorsport 4
Découvrez la De Tomaso Pantera de Forza Motorsport 4

Alejandro De Tomaso , ambitieux pilote argentin de grand renom, créé, en 1959, la marque qui porte son nom. Ce pilote devenu entrepreneur a alors l'ambition de produire des modèles Grand Tourisme, comme Ferrari, Lamborghini, ou Maserati, ce marché lucratif, malgré son étroitesse, étant en pleine expansion durant les années 60. Contaminé par le virus du sport automobile, mais aussi par la politique, ses convictions et son entêtement l'obligent à s'exiler en Italie pour éviter la prison. Les frères Maserati lui mettent alors le pied à l'étrier en l'engageant comme mécanicien sur leurs voitures de course OSCA, puis comme pilote. De Tomaso se forge rapidement un palmarès respectable, puis rêve de construire ses propres voitures. Le 28 octobre 1959, la société De Tomaso Automobili voit le jour. Le logo de la marque, reprenant le signe représentant la déesse égyptienne Isis, rend hommage à Isabella, sa femme . On dit aussi qu'il proviendrait du signe dont il marquait ses vaches dans son ancien ranch aux États-Unis.

De Tomaso Pantera par Dopamine67

Dans un premier temps, le pilote imagine des voitures de course dont il confie la mise au point à ses ingénieurs. Pressé d'arriver rapidement à ses objectifs, De Tomaso néglige pourtant la mise au point de ses bolides, leurs performances n'ayant de limite que leur fiabilité perfectible. Le constructeur veut en effet grandir trop vite, et va commettre les mêmes erreurs que Lamborghini, autre rivale directe de Ferrari, en confondant vitesse et précipitation. Le premier modèle destiné à la route est la Vallelunga, présentée en 1963. Cette impressionnante voiture sportive dotée d'un moteur Ford Cortina et d'une carrosserie en fibre de verre est construite autour d'un châssis-poutre en aluminium, qui restera par la suite la signature technologique de la marque.

Le deuxième modèle signé De Tomaso est la Mangusta, dessinée par Giorgietto Giugiaro, et produite de 1968 à 1970. Cette voiture équipée d'un V8 Ford de 4,7 litres doit son nom à la mangouste, ennemi juré du cobra, en référence à l'AC Cobra dont le constructeur est tombé amoureux. Vient ensuite la Pantera, très agressive dans ses formes, qui impressionne avec ses lignes acérées. Même s'il ne peut rivaliser avec l'exceptionnelle Mangusta, son design est très réussi, et pour cause. Giorgietto Giugiaro, parti fonder Italdesign, a en effet céder sa place à un styliste américain, Tom Tjaarda, à qui l'on doit donc le dessin de la Pantera, qui va d'ailleurs rapidement s'imposer comme le modèle de référence de la marque, propulsant De Tomaso au rang de constructeur mondialement connu, jouant ainsi dans la même cour que les Corvette et autres Lamborghini, notamment grâce à son design très italien pourtant motorisé par Ford.

Le géant américain s'est en effet associé avec De Tomaso dans le simple but de se venger de Ferrari. Furieux du volte-face du Commendatore lors du potentiel rachat du constructeur italien par Ford en 1963, ce dernier profite alors de cette opportunité pour s'attaquer à Maranello à travers la Pantera. Le rapprochement entre le constructeur outre-Atlantique et la marque italienne se concrétise plus que jamais en 1969, et Ford, qui était passé à l'offensive dans la Sarthe avec les fabuleuses GT40, souhaite écraser pour de bon la suprématie et l'insolence de Ferrari en rachetant 80% des parts de De Tomaso, ainsi que Ghia, précédemment acquis par la belle famille d'Alejandro. La vengeance est en route...

De Tomaso Pantera par Dopamine67

C'est ainsi que la Pantera se voit dotée d'un moteur V8 de 5,8 litres Ford Cleveland développant 330 chevaux. Elle reprend également la transmission ZF déjà utilisée par la Mangusta, la Maserati Bora, ou encore la Ford GT40. Avec un couple généreux de 520 N.m, la belle italienne se permet alors d'abattre le 0 à 100 km/h en seulement 5,5 secondes et d'atteindre la vitesse de 245 km/h, le tout dans une sonorité tout simplement somptueuse, digne des muscle cars d'antan. Le grognement viril, qui se transforme en rugissement dans les tours, prend aux tripes et fait vibrer tout votre corps. Frissons garantis ! Les sensations sont également au rendez-vous car, même si le V8 Ford tout en fonte n'aide pas à gagner des kilos, le bolide s'avère très performant, grâce notamment au couple conséquent, mais aussi à son aérodynamisme. Le bloc moteur sera tout de même remplacé l'année suivante par une version dégonflée du V8 Ford de 270 chevaux suite à des soucis de longévité de l'ancien moulin. En plus des modifications sous le capot, cette nouvelle version prénommée Pantera L (pour "Lusso", luxe en italien) est mieux équipée et munie de larges pare-chocs noirs.

En 1974, moins de cinq ans après leur union, le divorce est prononcé entre Ford et De Tomaso , mais ce dernier n'est pas homme à se laisser abattre, et son esprit de conquête le dirige vers des rachats de marques aussi emblématiques que Moto-Guzzi, Maserati et Innocenti. Parallèlement, la Pantera continuera d'évoluer jusqu'en 1995 avant de s'attaquer à la Guara. En effet, Alejandro aime sa voiture et l'image qu'elle procure, et la fera évoluer pendant plus de vingt ans, dans des versions différentes, pour un total de 7 210 exemplaires construits :
- La première version (celle du jeu) a été produite à 3 751 unités.
- La Pantera L fut, quant à elle, construite à 1 749 exemplaires.
- La Pantera GTS de 350 chevaux compte plusieurs déclinaisons, pour un total de 1 710 voitures produites, dont une version spécialement dédiée à la compétition, avoisinant les 500 chevaux et engagée au Mans en Groupe 4.
- 200 De Tomaso Pantera auraient été importées en France. Quelques dizaines seraient encore en circulation aujourd'hui.

Photos

De Tomaso Pantera par Dopamine67De Tomaso Pantera par Dopamine67De Tomaso Pantera par Dopamine67De Tomaso Pantera par Dopamine67

Mythe légendaire, la De Tomaso Pantera a aussi fait son cinéma, les amateurs de belles carrosseries l'ont en effet déjà sans doute remarquée dans de célèbres films, comme La Coccinelle à Monte-Carlo , Cannonball ou bien 60 secondes chrono avec Nicolas Cage, alors dans sa version GTS. Même le "King", Elvis Presley, en avait une qu'il adorait bichonner. De Tomaso n'est pas la marque la plus réputée lorsque l'on parle d'automobiles italiennes, mais elle a le mérite de posséder une histoire riche en rebondissements, et la Pantera est l'épisode le plus marquant du constructeur. Turn10 a donc fait un excellent choix en l'incluant dans Forza Motorsport 4, où, pour la petite somme de 45 000 crédits, vous gouterez à une légende qui déchaine les passions, car même si son logo n'a pas le prestige d'un cheval cabré ou d'un taureau en colère, elle est aussi exubérante qu'une Lamborghini Countach. Qu'on se le dise, pour qui a pu goûter au charme unique des De Tomaso Pantera, il est bien difficile de ne pas succomber à la tentation d'en loger une dans son garage. Face à des Ferrari ou des Lamborghini V8, elle s'avère être une alternative très pertinente. Comble du bonheur, elle saura se montrer aussi docile et civilisée en conduite souple, que sauvage si on la chahute un peu. Restez tout de même vigilant car une fois lancée, elle ne s'arrête plus et a tendance à en demander encore plus. Une fois prise en main, vous serez rapidement possédé, et même après un exorcisme, vous l'entendrez toujours vous appeler avec son moteur plus qu'envoutant...

Petites anecdotes : 2011 est le retour sur le devant de la scène de la marque disparu. En effet Gian Mario Rossignolo, un ex de chez Fiat souhaite relancer la marque italienne. Au salon de Genève il présenta la Deauville, une berline au look aseptisé concurrente des Maserati Quattroporte et autre Jaguar XJ. Le retour de la Pantera a aussi était évoqué en laissant des traces en images un peu partout sur la toile du modèle qui s'annoncerait diabolique, fidèle à l'esprit de l'ancien modèle sans pour autant donner plus de détails.

Note : 4.5 (11 votes)

Vos réactions & commentaires