• 0
  • 0
  • :
  • 0
  • 0
  • :
  • 0
  • 0
  • :
  • 0
  • 0
Forza 6 sur Xbox One !au meilleur prixParticipez au championnat de France Forza Motorsport 6 by Logitech avec TAG Heuer

Entrée en développement en 1998, la Corvette C5R deviendra rapidement la référence à battre des GT en endurance au début du nouveau millénaire. Venez découvrir cette digne héritière des Muscle Cars qui voulait prouver au monde qu’elle n’était pas qu'une "simple" Muscle Car !

Partager cette fiche

  • R2815
  • Propulsion avec moteur à l'avant
  • Poids (Avant)1139 kg (49%)
  • Cylindrée7.0 L
  • Puissance462 kW(628 chevaux)
  • Couple671.7 N.m(68.5 mkg)
  • 1 100 000 CR
  • DVD 1 du jeu original
  • Vitesse7.3
  • Tenue de route8.3
  • Accélération8.8
  • Départ arrêté7.4
  • Freinage8.4
Chevrolet C5.R #3 de Forza Motorsport 4
Découvrez la Chevrolet #3 Corvette Racing C5.R de Forza 4

Pendant l’âge d’or des Muscle Cars, un constructeur Américain qui voulait vendre une voiture à caractère sportif n’avait pas à se poser de grandes questions sur sa stratégie de communication. En effet, pour vendre ces voitures typiquement américaines, réservées exclusivement à un marché américain ultra nationaliste où les consommateurs ne conçoivent pas d’acheter une automobile qui ne soit pas construite aux Etats-Unis, il suffit de prouver que sa voiture est... plus puissante que celle de son concurrent. Pour ça, une solution simple, la compétition. Chaque weekend, partout sur le continent américain, le public peut trouver un circuit et assister au spectacle de ces muscle cars qui s’affrontent sur un anneau de vitesse. Et la stratégie fonctionne... Chaque lundi voit sa ruée de clients qui veulent acquérir le modèle qui s’est révélé le plus performant sur circuit.

Chevrolet #3 Corvette Racing C5.R par Shaun2cv

Mais voilà, en dehors des Etats-Unis, l’aura des muscle cars est quasi inexistante. Tout juste sont-elles considérées comme d’hallucinants dragsters de route par la majorité des gens, mais certainement pas comme des rivales pour les Porsche, Ferrari et autres véhicules de grand tourisme, jusqu’au jour où une « petite » écurie Française, Oréca, va imposer le monstre Dodge Viper aux yeux du monde de l’endurance.

General Motors s’est toujours refusé à cautionner une écurie d’usine, bien que certaines écuries privées, engageant des Corvettes GTP en championnat IMSA GT, bénéficieront d’une aide plus ou moins officielle jusqu’en 1989, année du début du déclin de ce fabuleux championnat. Mais en 1997, GM présente sa nouvelle Corvette C5 et change son fusil d’épaule en décidant de créer une structure compétition via sa marque Chevrolet pour promouvoir les performances de son nouveau bébé en Amérique du Nord d’une part, mais surtout en dehors avec pour objectif de briller aux 24h du Mans et de faire oublier les Dodge Viper et Porsche 911 qui s’affrontent alors en catégorie GTS… Rien que ça… De plus, le grand fan du Mans et constructeur automobile Don Panoz lance en 1999, en partenariat avec l’ACO, les American Le Mans Series pour concurrencer le championnat IMSA alors moribond.

La construction et le développement des C5-R sont confiés à la société Pratt&Miller Engeeniring, également connue pour sa préparation des Cadillac CTS-V et Pontiac GTO-R. Ils ont également en charge de créer et structurer la toute nouvelle Corvette Racing Team. Le manque de temps avant le début de la première saison et les règles du championnat ALMS amèneront l’équipe à utiliser dans un premier temps des voitures de série lourdement modifiées. Une fois le châssis course disponible, seules quelques éléments basiques de la structure seront empruntés à la voiture de série. A cela, ajoutez un gros aileron sur le coffre, quelques déflecteurs à l’avant, et vous avez votre Corvette transformée en monstre de course ! A noter que la sécurité du pilote oblige les préparateurs à placer la paroi anti-feu immédiatement derrière le baquet, réduisant à néant la visibilité arrière et amenant une solution high-tech sur la future C6-R pour mettre fin à ce problème, mais c’est une autre histoire. La bête sera dans un premier temps propulsée par le tout nouveau bloc moteur de série, le LS1, un V8 de 5.7-litres de cylindrée pour 345 chevaux (257 kW) conçu pour équiper toutes les propulsions et les pick-up du groupe GM. Il sera remplacé rapidement en cours de saison 1999 par un bloc de 7.0-litres dont la préparation est confiée à la société Katech Engine Development. Douze châssis seront construits entre 1998 et 2004. Dix serviront au Corvette Racing, un à un client privé, et le douzième servira de mulet au développement de la
C6-R.

Photos

Chevrolet #3 Corvette Racing C5.R par Shaun2cvChevrolet #3 Corvette Racing C5.R par Shaun2cv

Après des débuts difficiles en cette première saison 1999, incomplète et vouée à l’apprentissage, la nouvelle arme de GM parviendra à se placer deuxième de sa catégorie à Sears Point et Laguna Seca, chaque fois derrière une Viper d’usine. En 2000, le Corvette Racing Team débute la saison aux 24h de Daytona par une deuxième place… à nouveau derrière une Viper d’usine. Le reste de la saison est à nouveau difficile et partiel, mais pour leur première participation aux 24h du Mans, les deux voitures sont à l’arrivée aux dix et onzième places du classement général … derrière deux Viper Oreca… soit une troisième place de catégorie, pas mal pour une première ! L’équipe apprend vite dans la difficulté et gomme son écart face à la Viper, reine des GTS, les Porsche elles, sont déjà en grande difficulté et ne seront plus en GTS l’année suivante, se contentant de la catégorie GT.

L'an 2001 va enfin permettre de récolter les fruits du travail de l'équipe et débute en fanfare aux 24h de Daytona ou la C5-R remporte sa première victoire de classe, mais surtout fini première au général devant tous les prototypes. C’est aussi l’année de sa première victoire aux 24h du Mans, bien que devancée au général par de « petites » GT, mais c’était sous un déluge d’eau et les surpuissantes GTS n’étaient pas à la fête. Toutefois la domination est en marche, et il faudra attendre 2003 et l’arrivée en compétition de la Ferrari 550-GTS Maranello pour faire céder la première marche du podium en Sarthe à notre musclée Américaine. Qu’à cela ne tienne, toute l’équipe se remettra au travail pour revenir en 2004 pour une ultime saison, et une nouvelle victoire au Mans en guise de cadeau de retraite, 2005 voyant la disparition des GTS et GT au profit des GT1 et GT2. Nouvelle catégorie, nouvelle réglementation, nouvelle voiture, ce sera donc une nouvelle histoire, celle de la C6-R.

De 1999 à 2005, la C5-R aura donc écrit à son palmarès trente et une victoires de classe en ALMS, trois victoires de classe aux 24 Heures du Mans et une victoire au général aux 24 Heures de Daytona. Plutôt impressionnant pour une petite muscle car qui ne sait qu’accélérer en ligne droite !

Photos

Chevrolet #3 Corvette Racing C5.R par Shaun2cvChevrolet #3 Corvette Racing C5.R par Shaun2cvChevrolet #3 Corvette Racing C5.R par Shaun2cvChevrolet #3 Corvette Racing C5.R par Shaun2cv

Forza Motorsport 4 vous propose donc de prendre le volant de cette légende des circuits en version 2004, la plus aboutie, dans sa livrée des American Le Mans Series. Dans le Top 10 des voitures de la classe R2 d’origine, vous aurez à maitriser la puissance de cette monstrueuse propulsion aux sonorités rauques généreusement délivrées par son gros V8. Saurez vous, comme les pilotes réels, la dompter sans utiliser le TCS ? Hormis sa puissance à maîtriser en sortie de virage et une direction un peu lourde dans les épingles, elle bénéficie d'un comportement très sain et se laisse apprivoiser pour peu que vous sachiez être doux avec l'accélérateur. Oubliez tout ce que vous saviez sur elle dans Forza 3, Turn 10 a revu toutes ses stats à la hausse. Vous pourrez en être l’heureux propriétaire en la choisissant comme cadeau du niveau pilote 46 ou pour la « modique » somme de 1.100.000 crédits

Source principale : http://en.wikipedia.org/wiki/Chevrolet_Corvette_C5-R

Note : 4.3 (3 votes)

Vos réactions & commentaires